école iféa bilingue

Le bilinguisme à l’école bilingue iféa

Le bilinguisme en France

En France, le bilinguisme – à savoir l’utilisation régulière de deux ou plusieurs langues dans la vie quotidienne – concerne environ 13 millions d’habitants, soit 20% de la population. Ces derniers parlent le français et une ou plusieurs des 400 langues qui se trouvent sur le territoire. Des bilingues simultanés, ayant grandi avec deux langues dès la naissance, ne sont pas rares mais ne représentent qu’un petit pourcentage des enfants bilingues. La grande majorité des bilingues d’aujourd’hui ont commencé leur vie avec une seule langue, celle utilisée par la famille, et ont acquis une ou plusieurs autres langues, à l’extérieur de la maison (crèche, école, collège, lycée…).

Facteurs et effets du bilinguisme, ce que dit la recherche

Sont cités ici des extraits éclairants de l’article de François Grosjean, psycholinguiste français et professeur émérite à l’université de Neuchâtel (Suisse), paru sur ce blog du Huffingtonpost. Il y résume les principaux éléments développés dans son ouvrage Parler plusieurs langues: Le monde des bilingues (2015) dont ce compte rendu du Cairn peut également donner une première idée.
Pour François Grosjean, les facteurs qui créent les conditions favorables au bilinguisme sont aujourd’hui mieux identifiés. ” Il faut, en effet, s’assurer que l’enfant ressente le besoin de communiquer, écouter ou participer à des activités dans la deuxième langue; l’exposition à une langue doit être conséquente et variée, et ce pendant une période assez longue; il faut aussi que la famille et les proches montrent une attitude positive envers l’idiome et qu’ils contribuent à son apprentissage; enfin, il est nécessaire que l’école reconnaisse et apprécie la langue, à défaut de l’enseigner elle-même, car cela encouragera l’enfant à s’en servir et d’en être fier.”
Les effets du bilinguisme sont par ailleurs multiples, notamment sur le plan cognitif, et également durables. François Grosjean rappelle que les recherches récentes sur la question ont mis en évidence le fait que “les bilingues réussissent mieux que les monolingues dans certaines activités métalinguistiques et tâches cognitives qui requièrent une attention sélective ou un contrôle inhibitoire. Ces avantages, que l’on trouve également chez les enfants en programme d’immersion après quelques années, semblent ensuite perdurer durant toute la vie de l’individu bilingue.”
L’entrée dans la lecture, par exemple, constitue une étape cruciale pour les élèves et nécessite un développement de leurs capacités métalinguistiques, justement favorisées dans le cas du bilinguisme. Notons aussi que le bilinguisme pourrait être un facteur favorisant la conscience phonologique (capacité à percevoir et découper les unités sonores constituant les mots), ou encore la conscience syntaxique (connaître les règles pour construire une phrase compréhensible), deux compétences au centre de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Bilinguisme et ouverture internationale à l’école et au collège iféa

Dans un monde globalisé, le bilinguisme (anglais-français) est devenu une capacité indispensable pour s’épanouir dans le monde du XXIe siècle. Apprendre une langue étrangère permet aussi de développer sa compétence à mieux comprendre l’autre, à s’ouvrir sur le monde. Le développement du bilinguisme passe chez iféa par une immersion culturelle dès le plus jeune âge. Ainsi nous proposons à nos élèves, dès le niveau élémentaire, une pratique de la langue anglaise comme outil de communication et de travail.
L’enseignement de l’anglais commence donc dès le CP avec un travail oral quotidien à travers des méthodes ludiques qui permettent de susciter la curiosité et l’envie de chacun. Ce travail est par ailleurs renforcé par des ateliers de théâtre et de yoga en anglais.
La véritable immersion dans la langue intervient à partir du CE1: les élèves sont amenés à suivre des cours de géographie, d’arts plastiques ou de sciences en anglais par exemple. Chaque classe bénéficie de l’intervention à parité égale d’un enseignant de langue française et d’un enseignant de langue anglaise. Les équipes pédagogiques ainsi formées travaillent de concert à l’élaboration de la progression annuelle des enseignements.
Au niveau secondaire, les élèves sont amenés à approfondir cette pratique de la langue à la fois pendant un enseignement disciplinaire dédié mais aussi dans des phases de réalisation de projets transdisciplinaires. Les sciences sont ainsi enseignées en anglais pour partie. Nous sommes convaincus que la pratique de la langue anglaise doit se faire de la façon la plus naturelle possible, ainsi nous privilégions un apprentissage actif au travers d’activités variées et permettant le plus possible aux élèves d’échanger entre eux et avec les adultes qui les entourent. L’apprentissage par projet est ainsi valorisé.

Dispositif bilingue dédié aux nouveaux arrivants francophones

Nous encourageons l’immersion linguistique pour tous nos élèves, y compris les nouveaux arrivants, car c’est pour nous le moyen le plus pertinent et efficace d’accéder à une langue et à tout un système culturel anglophone.
Nous proposons cependant des temps d’adaptation et de mise à niveau aux élèves francophones qui nous rejoignent en cours de cursus avec un système de cours intensifs. Ces sessions peuvent être ponctuelles selon les besoins de chacun sous forme de stage avant la rentrée de septembre ou pendant la première semaine des vacances d’octobre ou encore se faire sur un trimestre à raison de deux heures par semaine. Le tutorat solidaire par les pairs (des élèves de l’établissement) est par ailleurs mis en place tout au long de l’année scolaire.

Dispositif bilingue dédié aux anglophones non francophones

Les élèves anglophones sont quant à eux intégrés directement dans les classes avec tous les autres camarades. Notre parti pris est que l’immersion soit également effective pour eux : ils sont élèves dans leur groupe classe, auprès de leurs camarades, toute la semaine. Ils bénéficient cependant d’un temps d’échanges, de travail et d’accueil supplémentaire un après-midi par semaine pour être accompagnés au mieux, notamment dans l’apprentissage du français.

Si nous encourageons le bilinguisme anglais-français, nous souhaitons également former nos élèves à une plus grande ouverture culturelle linguistique pour en faire des citoyens épanouis du monde. Ainsi nous proposons des initiations à la pratique du chinois ou de l’espagnol dès le début du cycle 3 (CM). Selon le choix de chacun, il est donc possible de pratiquer une de ces deux langues et d’en poursuivre l’apprentissage dès la 6ème.

Le bilinguisme constitue donc un des piliers du projet pédagogique iféa.
À travers une pratique immersive des langues, nous souhaitons œuvrer au renforcement des processus cognitifs sous-tendant les apprentissages. Dans cette optique, les données scientifiques issues de la recherche en sciences cognitives seront mises au service de l’éducation de nos élèves ainsi que du développement de leurs compétences.

Naïma Page, responsable pédagogique et éducatif iféa